La Communication Non Violente (CNV) : Interview inspirante avec Sophie Parienti

Hello tout le monde ! Aujourd’hui je vous propose un nouveau type de contenu qui me tient beaucoup à coeur sur le blog : Des interviews de personnes inspirées et inspirantes. Yay ! Pour la première interview de cette nouvelle rubrique, je souhaite vous parler d’une très belle rencontre que j’ai faite lorsque j’étais en Workaway à Bali en mai. Femme, maman, créatrice, artiste, entrepreneuse et coach de vie, Sophie Parienti est un véritable modèle qui m’a beaucoup inspiré lors de ces 2 semaines passées à ses côtés.
Je suis ravie de l’avoir rencontré et de pouvoir vous la présenter aujourd’hui autour d’une thématique qu’elle maîtrise parfaitement : La communication non violente.

La communication non violente ou CNV pour les intimes est une approche pragmatique et efficace qui favorise la clarté de l’information, la coopération, l’ouverture dans l’expression et dans la compréhension d’autrui et la résolution de conflits. Un grand merci à Sophie qui nous donne les bases dans l’interview qui suit, un sujet passionnant qui j’espère vous plaira tout autant qu’à moi. Let’s go !

Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

Sophie Parienti, je suis coach de vie, éditrice et artiste. Mais au final, je pourrais plutôt me définir comme une “joueuse de créativité”… ou plutôt une sorte de sorcière si nous étions à cette époque. 😁

Être coach de vie, c’est tout d’abord un grand voyage que l’on fait avec soi-même, à travers les expériences de la vie. Celles qui font mal, qui abîment, qui désillusionnent mais aussi celles qui redonnent de l’espoir.

 

Quel est ton parcours ? Peux-tu nous parler du métier que tu exerces ?

J’ai étudié l’histoire de l’art à l’université de Bordeaux en France. Je voulais être curatrice d’oeuvres d’arts pour de grandes compagnies ou des musées. Puis l’Amérique m’a appelé et  je suis partie à Los Angeles, où j’ai monté tout d’abord un magazine lifestyle puis un site www.yogitimes.com, qui publie des articles sur le lifestyle d’un yogi moderne. Aujourd’hui, Je partage mon temps entre Bali, les Etats-Unis et L’Europe où j’y retrouve mes souvenirs d’enfance, le bleu de la Méditerranée et la douceur de vivre de l’été en France.

Être coach de vie, c’est tout d’abord un grand voyage que l’on fait avec soi-même, à travers les expériences de la vie. Celles qui font mal, qui abîment, qui désillusionnent mais aussi celles qui redonnent de l’espoir. Puis vient la démarche de vouloir partager les acquis. Ce qui a marché pour soi, pour nos proches, des personnes rencontrées au fil des années, des séminaires, des livres lus et relus. Tout cela donne des outils efficaces qu’ont peut offrir chaque fois à de nouveaux passagers. Pour un moment, le temps d’une session, on explore comment partager son savoir, être dans l’écoute d’un être qui vous fait confiance, et parfois mettre mon intuition au service de l’autre.

 

Peux-tu nous parler de la méthode CNV ?

La méthode CVN qui veut dire COMMUNICATION NON VIOLENTE, est une méthode de communication développée par le psychologue américain Marshall Rosenberg dans les années 60 et qui vise a créer un lien de bienveillance dans la relation à soi-même et à l’autre. Elle est simple (si simple que beaucoup de personnes vont résister à l’appliquer!) mais d’une extrême efficacité.

Elle ne sert pas à manipuler et obtenir ce qu’on veut de l’autre, mais à créer et maintenir une qualité d’échange avec les personnes que l’on aime, et aussi celles qui nous challengent. Elle permet de résoudre parfois en très peu de temps (même quelques minutes) des conflits de plusieurs années. C’est souvent magique d’en être le témoin!

 

Peux-tu nous parler des bases essentielles de la CNV ?

Oui, elles sont très faciles à retenir, et se composent de 3 étapes majeures :

  1. L’observation de ce qui se passe (la situation) qui nous permet de distinguer les faits plutôt que l’interprétation que nous pouvons en faire.
  2. L’identification du sentiment (le ressenti que nous vivons lors de l’observation de la situation)
  3. L’identification du besoin (ce qui se cache derrière l’émotion)

Cette demarche s’applique avant tout à soi-même. Ex: Quand j’observe mon mari qui hausse la voix (observation factuelle), je me sens mal a l’aise (sentiment, sensation), car j’ai besoin de calme et de connexion (besoins) pour continuer une conversation.

Puis de l’exprimer à l’autre: Quand je t’entend élever la voix, je me sens mal, j’ai vraiment besoin de calme pour t’écouter.

Les mots ont tous une vibration, une sorte de fréquence, propre à chacun d’eux.

 

Quel est selon toi, le rôle de l’empathie dans la CNV ?

L’empathie est utilisée dans diverses techniques de communication mais dans la CNV elle est la dimension centrale de son approche et son fondement.

Même si la CNV s’appuie sur une attention aux mots, la dimension multi-sensorielle est toujours présente. Les mots ne sont pas juste utilisés pour comprendre l’autre mais plus fondamentalement pour établir une connexion de qualité.

Les mots ont tous une vibration, une sorte de fréquence, propre à chacun d’eux. Le mot utilisé, n’a pas une très grande importance en soi, mais c’est plutôt le fait que ce mot ait une vibration particulière qui va ou non nous relier avec ce qu’il y a de plus vivant en nous et de ce fait, nous permettre d’être d’une extrême présence à soi et à l’autre.

Savoir prendre son temps pour écouter ses propres pensées, ressentir ses émotions, laisser la place à l’autre pour s’exprimer, vraiment l’entendre sans le juger font parti des démarches qui font preuve d’empathie. Marshall Rosenberg, fondateur de la méthode CVN mentionne “Tout conflit peut se transformer en un dialogue paisible” si chacun ou même une personne fait preuve d’empathie.

Communiquer en CNV c’est défier l’égo, pour se maintenir dans une énergie d’amour quelque soit la situation.

 

Peux-tu nous parler de l’égo et de sa place dans la CNV ?

La plupart des gens expriment leur frustrations et non pas leur sentiments, et surtout le font en fonction de ce que l’autre leur à « fait », essayant ainsi de se libérer de toute responsabilités . En fait, nous nous battons en temps qu’être humain,  pour comprendre ce que nous voulons ou avons besoin dans le moment, et comment l’exprimer clairement sans tomber dans des comportements malsains, ou des menaces. Cette forme de communication génère très souvent des malentendus et de la déconnexion.

L’égo s’en réjouit en quelque sorte, prend alors le dessus, car cette approche va maintenir une victimisation et un sentiment de malaise. Communiquer en CNV c’est défier l’égo, pour se maintenir dans une énergie d’amour quelque soit la situation dont il faut faire fasse, ou le comportement de l’autre.

Nous sommes éduqués dès la naissance à être compétitif, voir l’autre comme un rival, et à pratiquer le jugement.

 

Quels sont tes conseils pour s’exercer et pratiquer la CNV ?

Tout d’abord il faut une ouverture d’esprit pour comprendre que notre communication n’est pas toujours bienveillante, mais si nous n’utilisons pas forcément des mots blessants, la structure de notre langage est très “accusante” et souvent se cachent des phrases pleines de reproche qui mettent l’interlocuteur sur la défense. Ce n’est pas“naturel” de communiquer comme cela mais “habituel.” Marshall Rosenberg explique que nous sommes éduqués dès la naissance à être compétitif, voir l’autre comme un rival, et à pratiquer le jugement, ce qui nous amène à penser et à communiquer de façon très binaire voir manichéenne — il y a le bien et le mal.

Il y a notre disposition toute sortes de vidéos, livres (Marshall Rosenberg en a beaucoup écrit) coachs et séminaires pour apprendre la technique. Mais changer sa façon de communiquer est comme apprendre une nouvelle langue, cela demande de la discipline, de l‘engagement, et une pratique régulière. Il faut avant tout, je pense, avoir un désir profond de choisir de vouloir vivre dans l’authenticité, la paix, et la bienveillance.

 

Portrait Chinois

Si tu étais un livre ?
La Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

Si tu étais un geste bien-être ?
Une grande respiration profonde

Si tu étais un geste beauté ?
Un sourire devant mon miroir

Si tu étais une bonne habitude ?
10 salutations au soleil chaque matin

Si tu étais un aliment santé ?
L’avocat

Si tu étais un outil de développement perso  ? La CNV bien sur!

Si tu étais un mantra ?
La vie est belle! La vie est belle, la vie est belle, la vie est belle…..

CNV - portrait chinois Sophie Parienti

Pour contacter directement Sophie Parienti, rendez-vous sur son site : www.sophieparienti.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*