Les quatre accords Toltèques

Publié en 1997 par Don Miguel Ruiz, auteur et chaman mexicain, le livre “Les quatre accords Toltèques” est en quelque sorte un guide de bonne conduite qui permet d’appréhender le monde plus sereinement. Vendu à plus de 4 millions d’exemplaires, cet ouvrage est un véritable best-seller de la littérature sur le développement personnel. L’auteur nous y propose de passer un pacte avec nous même au travers de 4 accords pour en finir avec nos fausses croyances qui nous empêchent de nous réaliser pleinement.

You Make Me Bloom - Les 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruiz
Ces leçons proposées par Don Miguel Ruiz montrent en des termes très simples et accessibles comment nous pouvons nous libérer du conditionnement collectif, éducatif et culturel qui nous limite et nous inhibe au quotidien.
Une véritable promesse de liberté et de bonheur pour qui s’applique à respecter ces 4 petites règles…
Je vous propose donc aujourd’hui un récapitulatif de ces 4 accords Toltèques mais je vous invite grandement à le lire vous même pour vivre, ressentir et comprendre les enseignements  🙂

Premier accord Toltèque : « Que votre parole soit impeccable »


Au travers de ce premier accord, Don Miguel Ruiz nous rappelle à quel point la parole est un outil puissant qu’il est nécessaire de maîtriser. C’est un fait, les mots ont du poids et peuvent détruire ou au contraire aider à se construire. Prenons l’exemple du professeur de maths qui dit à son élève qu’il est incapable et qu’il ne comprend rien. L’élève va peut être croire les mots de son professeur et grandir avec le sentiment d’être un mauvais élève, indépendamment du fait qu’il le soit ou non. Ces mots vont s’ancrer dans son subconscient pour finalement se répercuter dans sa réalité l’entrainant alors dans un cercle vicieux qui ne fera que reproduire ce qu’on attend de lui, “être mauvais”. Il finira alors par y croire de plus en plus…Cela peut vous sembler exagéré mais vous devez sans doute être conscient d’un tel impact sur quelqu’un. 

Ces paroles négatives polluent également notre mental lorsque nous en entretenons vis à vis de notre propre personne. Il faut être bienveillant avec les autres mais tout commence par soi-même. True story. Il faut donc en finir avec l’autocritique, le jugement et le nombre considérable d’idées négatives que nous ressassons à longueur de journée et qui ne nous apportent rien de constructif. Essayons de nous le rappeler le plus possible et de nous aimer avec un grand A 🙂 

En pratique : Toujours parler avec intégrité et honnêteté, toujours dire ce que l’on pense vraiment. Ne pas utiliser la parole contre soi-même ni pour médire les autres. Utiliser la parole dans le sens de la vérité et de l’amour.

« Vous pouvez évaluer le degré auquel votre parole est impeccable à l’aulne de l’amour que vous avez pour vous-même. L’intensité de votre amour-propre et les sentiments que vous nourrissez envers vous sont directement proportionnels à la qualité et à l’intégrité de votre parole. Lorsque celle-ci est impeccable, vous vous sentez bien ; vous êtes heureux et en paix. »

 

Deuxième accord Toltèque : « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle »

L’auteur nous explique dans ce 2ème accord toltèque pourquoi nous devons sortir de cet égocentrisme par lequel nous avons cette fâcheuse habitude de tout ramener à nous même et de toute prendre personnellement. Nous avons tous des représentations mentales et des croyances différentes selon nos expériences de vie et notre éducation. Lorsque quelqu’un nous insulte, cette personne nous transmet ses propres croyances et ses propres insécurités. Nous ne sommes finalement pas tellement concernés. Il ne s’agit seulement que de la vérité, la vision de l’autre personne ou de son envie de nous blesser… Il ne s’agit donc pas de la vérité dans l’absolu !
Ce que les autres font ou disent n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur leurs peurs, de leurs colères, cela n’engage qu’eux-mêmes. Lorsque nous arrivons à prendre ce recul et que le regard extérieur ne nous importe plus nous gagnons énormément en liberté. 

En pratique : Prendre conscience que nous avons chacun nos propres filtres pour percevoir le monde et que peu importe ce que l’on fait, les autres nous jugerons. Ainsi, apprendre à ne pas s’approprier, s’identifier à ce qui appartient à l’autre pour ne plus être victime de souffrances inutiles.

« S’accorder de l’importance, se prendre au sérieux, ou faire de tout une affaire personnelle, voilà la plus grande manifestation d’égoïsme , puisque nous partons du principe que tout ce qui arrive nous concerne. […] Nous pensons être responsables de tout. Moi, moi, moi, toujours moi ! Vous n’êtes aucunement responsable de ce que les autres font. Leurs actions dépendent d’eux mêmes. »

 

 Troisième accord Toltèque : « Ne faites pas de suppositions »

Le troisième accord toltèque porte sur la mauvaise habitude que nous avons de faire des suppositions. Nous n’allons pas au fond des choses et nous émettons alors des hypothèses qui bien souvent sont erronées et sont à l’origine de nombreuses peines. Vous savez, ces intentions au sujet des autres…il a fait ça pour ça, elle m’a dit ça car elle pense ça de moi, parce qu’il n’aime pas ça, si elle m’a répondu ça ça veut dire blablabla… vous voyez où je veux en venir. En vérité ce ne sont que des constructions de notre esprit. Un grand nombre de peine ou de drames peuvent provenir de cette habitude ancrée à prêter des intentions aux autres sur la seule base de suppositions. Miguel Ruiz les appelle « poisons émotionnels ». Pour les éviter, l’auteur invite le lecteur à prendre l’habitude de communiquer le plus clairement avec les autres et de mettre les choses à plat en s’exprimant le plus honnêtement possible et en écoutant l’autre avec attention.

En pratique : Ne pas commencer à élaborer des hypothèses négatives et hasardeuses auxquelles on finira par y croire comme s’il s’agissait d’une réalité. Clarifier ses propos, exprimer ses vrais désirs et ses peurs. Être à l’écoute de l’autre et s’appliquer à le comprendre pour éviter les malentendus.

« Nous supposons que tout le monde voit la vie comme nous la voyons. Nous supposons que les autres pensent comme nous pensons, qu’ils ressentent les choses comme nous les ressentons, qu’ils jugent comme nous jugeons. Voilà la supposition la plus importante que font les humains. C’est la raison pour laquelle nous craignons d’être nous-mêmes avec les autres, car nous pensons qu’ils vont nous juger, nous maltraiter et nous critiquer, comme nous le faisons nous-mêmes. C’est pourquoi, avant même que les autres puissent nous rejeter, nous nous sommes déjà rejetés nous-mêmes. Voilà comment fonctionne l’esprit humain. »

Quatrième accord Toltèque : « Faites toujours de votre mieux »

Le quatrième accord Toltèque est la suite logique des trois premiers accords en postulant de toujours faire de son mieux et de donner le meilleur de soi en toutes circonstances. Comme vous avez pu le lire, les quatre accords sont des règles de vie très simples à comprendre mais moins évidentes à mettre en place au quotidien…C’est pour cela qu’il est nécessaire de faire de son mieux. Ce “mieux” fluctue d’un moment à l’autre en fonction de notre fatigue et de notre énergie. En donnant le meilleur de soi et en tenant compte de notre état nous pouvons être content de nous même et avancer un peu plus vers notre accomplissement personnel. C’est ainsi qu’on évite la frustration, les regrets et la culpabilité. Il n’y a pas d’obligation de réussir, il suffit de faire au mieux 🙂

En pratique : Faire simplement de son mieux quelles que soient les circonstances, éviter de se juger, de culpabiliser ou d’avoir des regrets. Utiliser de manière optimale ses capacités personnelles et être indulgent avec soi-même. Accepter de ne pas être parfait ni toujours victorieux.

« Ne vous attendez pas à vous exprimer toujours avec une parole impeccable. Vos habitudes sont trop fortes et trop bien ancrées dans votre esprit. Mais vous pouvez faire de votre mieux. […] En faisant de votre mieux, l’habitude de mal utiliser votre parole, celle de faire une affaire personnelle de tout ce qui vous arrive et celle de faire des suppositions vont s’affaiblir et se manifester de moins en moins souvent.

Vous n’avez pas à vous juger, à vous sentir coupable ou à vous punir, si vous n’arrivez pas à respecter ces quatre accords toltèques. Si vous faites de votre mieux, vous vous sentirez bien même en faisant encore des suppositions, même s’il vous arrive encore de réagir de façon personnelle, même si votre parole n’est pas tout le temps impeccable. »

 

Avez-vous lu les quatre accords Toltèques ?
Quelles sont vos astuces pour les pratiquer au quotidien ? 

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*